• Share Button

    Utilisée pour la première fois en Grande-Bretagne, l’hypothèque inversée ou l’Hypotheque pour Retraite s’est répandue partout dans le monde notamment aux États-Unis, en Australie, et au Canada. Si elle était considérée au début de son lancement comme un simple produit financier, elle est devenue très populaire, car elle comble les besoins de financement d’une population croissante, à savoir les personnes âgées de plus de 55 ans.  Zoom sur cette option de financement qui séduit de plus en plus de Québécois.

     

     

    L’hypothèque inversée : qu’est-ce que c’est ?

    L’hypothèque inversée est un produit financier proposé exclusivement aux personnes âgées de plus de 55 ans. Elle consiste à consentir un prêt garanti à un propriétaire d’un bien immobilier (maison, appartement, condo…Etc.) qui est entièrement payé ou présentant une valeur nette élevée. La garantie est obtenue généralement en enregistrant une hypothèque sur le titre de propriété du bien immobilier. En comparaison avec un prêt hypothécaire conventionnel, l’hypothèque pour retraite présente plusieurs différences que ce soit au niveau des conditions d’accès ou bien aux modalités de remboursement. Tout d’abord, comme cité auparavant, l’hypothèque inversée est réservée exclusivement à une certaine catégorie de consommateurs. Ensuite, elle permet au bénéficiaire (le propriétaire du bien immobilier) d’obtenir un prêt sans aucune obligation d’effectuer des versements périodiques. Le capital consenti par le prêteur peut prendre plusieurs formes : montant forfaitaire, versements mensuels (rente viagère), ou marge de crédit.

    Alors, comment l’emprunteur rembourse-t-il son prêt ?

    Le remboursement du prêt se fait au moment de la vente de la propriété ou du décès du propriétaire. En outre, le propriétaire doit continuer à habiter l’immeuble, sinon le prêteur peut exiger le remboursement des sommes prêtées en cas de déménagement.

    Attention aux frais !

    Comme tout produit financier, l’hypothèque inversée implique des frais pour l’évaluation de la valeur de la propriété, le recours au service d’un notaire pour établir un avis juridique, et pour l’établissement d’un certificat de localisation. En outre, le propriétaire (l’emprunteur) est tenu de respecter les modalités du contrat de prêt notamment celles relatives à l’entretien de l’immeuble, à l’assurance, et à toutes les obligations fiscales qui restent toujours à la charge du propriétaire. Il est toujours recommandé de faire appel à un spécialiste du financement hypothécaire pour éviter de payer des frais élevés.

    Conclusion

    L’hypothèque inversée présente de nombreux avantages. D’abord, elle permet d’utiliser la valeur nette d’une maison pour obtenir des fonds. Ensuite, l’emprunteur n’est pas tenu d’effectuer des versements périodiques ou de payer des impôts sur les sommes prêtées. Cela dit, elle n’est pas l’option idéale si vous souhaitez léguer un patrimoine à vos héritiers !